Le Choix du moyen de transport

Après avoir croisé sur les routes Calédoniennes le camion 4×4 Bucéphale et son itinéraire de Tour Du Monde (Pour rappel La naissance du projet), la question qui venait tout naturellement était : Comment allions nous faire notre propre Tour Du Monde ?

Bien qu’habitant en Nouvelle Calédonie et entourés par le plus grand lagon du Monde, nous n’avons jamais éprouvé une envie spéciale pour la navigation en bateau, et ce malgré les années de Marine Nationale de Nicolas ! De plus Nadia a découvert ici « Mercalm », un antidote contre le mal de mer, qui lui a permis de pouvoir supporter les petits caprices de la mer lors de certaine traversée. C’était donc impensable de naviguer autour du Monde sans poser pied à Terre pendant plusieurs semaines !!! C’est pourquoi autant inexpérimentés en la matière, nous avons réfuté un Tour du Monde par les mers. C’est donc par la Terre ferme que nous vagabonderons la rondeur du Monde. Mais à pied ? En Vélo ? En Moto ? En Camping car ? Ou autre ?

Plusieurs moyens de transport pour faire un Tour Du Monde sont empreints à la notion évasion, là n’est pas réellement notre hésitation. La 40taine bien entamée, les années passant et avoir travaillé énormément toute notre vie, font qu’aujourd’hui sans gravité, notre corps nous le fait entendre par des petits grincements de-ci de-là. Donc nous ne nous voyions pas :

Marcher ou pédaler par tous les temps, supporter tous les jours des charges de plus de 15 kg, toujours prévoir un endroit ou dormir et comment se restaurer, certains pays sont devenus assez risqués pour établir un campement de fortune, la fatigue prenant, risques de désaccord entre nous.

Par conséquent, nous laissons la place aux « plus jeunes » pour faire le Tour du Monde à pied ou en vélo !

« La liberté appartient à ceux qui l’ont conquise » André Malraux

Et la moto alors ? Ce mode de transport aurait pu être une option, sachant que nous avons tous les 2 notre permis moto, mais pour la même raison que la navigation, notre expérience étant quasi nulle en 2 roues motorisées nous oublions donc ce mode de transport… En effet, nous avons suivi sur Internet certains tourdumondistes en moto (ex : Mélusine Mallender) pendant des années et leurs expertises prouve qu’il faut vraiment beaucoup de training !

Le camping car donc ? L’âge avançant nous ne sommes au final pas ennemis d’un minimum de confort et d’autonomie pour une durée si longue. Ce mode de transport semble répondre en partie à nos attentes :

  • Une totale indépendance pour la logistique : avec nos réserves, nous pouvons bivouaquer où l’on souhaite.
  • Présentant un minimum de bien être pour plusieurs années.
  • Tranquillité, mobilité : libre comme l’air, on peut changer d’itinéraire à tous moments.
  • Être proche de la nature et des grands espaces.
  • Un budget maitrisé : on dort et on cuisine sur place, pas besoin d’hôtel ni de resto !
  • Vivre à son rythme.
  • Un chez soi au bout du monde.

Nous y étions presque, mais pas totalement satisfaits…Il manquait quelque chose car faire le Tour du Monde en camping car n’était pas tout à fait à notre image. Notre dynamisme et notre fougue pour l’aventure demeuraient absents ! Un autre problème allait se poser et pas des moindre ! Un camping car ne peut pas passer partout, il est même préférable de rester sur les routes asphaltées. Impossible pour nous ! Nous sommes comme 2 électrons libres, avides de tout et ne suivant jamais les axes de masse et touristiques. Bien au contraire, nous voulons toujours aller là ou personne ne va et choisirons toujours sortir des sentiers battus pour prendre la petite route qui ne paye pas de mine !

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers » Pythagore

C’est ainsi que nous avons fait la synthèse de tous ces points pour revenir à notre flash du début avec le camion 4×4. La boucle est bouclée, nous partirons faire notre Tour du Monde en Iveco Daily 55S17W équipé d’une cellule de vie habitable ! Notre moyen de transport en camion d’expédition, cliché du Paris-Dakar est ainsi validé car il répond à notre cahier des charges. Il sera notre sweet home roulant pour les années à venir…Il ne nous reste plus qu’à dénicher la perle rare !

« J’ai fait mes plus beaux voyages sur des routes mal éclairées » Léon Bloy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s